Parution : Planter le décor. Une sociologie des tournages – G. Rot

 

 

Rot G., 2019, Planter le décor. Une sociologie des tournages., Paris, Presses de Sciences Po, 368 p.

Lauréat de la promotion 2018 de la Fondation des Sciences Sociales, Gwenaële Rot est professeur de sociologie à Sciences Po et membre du Centre de sociologie des organisations (CSO/CNRS).

 

Présentation de l’éditeur :

Émaillé de témoignages, documents, anecdotes, tranches de vie de plateau, voici un « envers du décor » cinématographique peu usuel, sous le regard d’une sociologue cinéphile qui a observé des dizaines de tournages.

Qu’est-ce que la ville fait au cinéma ? Qu’est-ce que le cinéma fait à la ville ?

À travers les exemples de Paris et Marseille, deux métropoles qui font les yeux doux au cinéma, ou encore Versailles, Rome et Los Angeles, l’auteure s’intéresse à ce qui se joue entre un territoire, une ville, et la production d’une œuvre cinématographique. Dans le temps éphémère où les films s’accomplissent, travailleurs du cinéma et travailleurs de la ville apprennent à combiner leurs actions pour rendre possible les tournages. À mesure que les équipes de film se les approprient, les lieux choisis pour servir de décor ne sont plus figés, circonscrits ni fermés au regard extérieur, ils s’ouvrent, deviennent malléables, se recomposent sans cesse au fil de multiples événements.

Émaillé de témoignages, documents, anecdotes, tranches de vie de plateau, voici un « envers du décor » cinématographique peu usuel, sous le regard d’une sociologue cinéphile qui a observé des dizaines de tournages.

 

Table des matières :

Introduction 

I – LE MARCHÉ DES TERRITOIRES CINÉMATOGRAPHIQUES 

Chapitre 1 – Action publique, territoires et cinéma  
La mobilisation étatique entre protectionnisme
et bataille fiscale (1946-2016)  
     Quotas et fonds de soutien  
     Au nom de l’exception culturelle  
     Surenchères fiscales  
L’engagement des collectivités locales  
     Décentralisation et concurrences régionales  
     Le dilemme des municipalités  
L’intermédiation des commissions du film  
     Institutionnaliser l’accueil des tournages  
     Marketing territorial et présentation de soi

Chapitre 2 – Les studios entre déclin et redéploiement  
L’usine à rêves à l’épreuve de la Nouvelle Vague et de la rente foncière  
     Des premiers studios au déclin d’après-guerre   
     Éloignement géographique des studios,  nouvelles structures productives, nouveaux marchés  
Vers des écosystèmes dédiés aux industries créatives ?  
     Recompositions franciliennes et affrontement des Cités  
     Les écosystèmes à l’honneur : entre mirages et espoirs  
     Les friches, studios de substitution  

Chapitre 3 – La mouvance des décors naturels  
Mutations paysagères  
     Inconstance de la matière  
     La matière et le droit  
Ouverture et privatisation des établissements publics  
     Le new public management au service du cinéma ?  
     La professionnalisation de l’accueil des tournages  
Décors naturels, studios et postproduction : entre concurrence et complémentarité  
     Priorité au décor naturel  
     Reconfigurations numériques

Conclusion de la première partie  

II – REPÉRAGES  

Chapitre 4 – Lieux imaginés  
Fragments de topographie scénaristique  
     Lieux spécifiques  
     Lieux génériques  
Le lieu au-delà des lignes  
     Familiarité ou distanciation  
     Itérations et traductions  

Chapitre 5 – En quête de lieux  
Tentatives d’épuisement de lieux  
     Chercher, classer  
     Compositions  
     Négociation et économie du lieu  
Controverses professionnelles  
     L’évaluation des qualités  
     Le poids des hiérarchies professionnelles

Conclusion de la deuxième partie  

III – L’ESPACE DU TRAVAIL  

Chapitre 6 – Créer un milieu intérieur  
Borner l’espace, préparer l’action  
     Organiser le partage des territoires  
     Négocier la cohabitation d’activités pour tourner sur l’espace public  
Des cohabitations incertaines  
     Repères ébranlés  
     Critique et admiration du travail  

Chapitre 7 – La fabrique d’un espace de signes  
Volume, matière, couleur, lumière  
     Combler les manques et tromper l’oeil  
     Préparer la lumière  
Un monde d’objets   
     Épurer, préciser et travestir le lieu  
     La marque de l’économie  
     Animer les lieux  
L’extension du domaine de la postproduction  
     La matière en partage  
     « Ce n’est pas grave, on le fera en “postprod” ! »  

Chapitre 8 – Le tournage entre champ et hors-champ  
Trouver sa place sur le plateau  
     Du décor à la lumière  
     L’espace du jeu et de l’action  
     Espaces sonores  
Des lieux et des raccords  
     Raccorder, ou la continuité comme enjeu  
     Voir, écouter et confronter les points de vue 

Conclusion de la troisième partie

Conclusion. Le cinéma, la fascination et l’ordinaire  
     Le territoire à l’épreuve du projet  
     Le travail d’interface, la bureaucratie et le projet  
     La création au travail  
     Une économie de la fascination en sursis ?  

Bibliographie

Table des documents

 

Recensions :

Réjane Hamus-Vallée dans la revue Sociologie

Corinne Delmas dans lectures

 

Présentation de l’auteure en vidéo pour le compte de Sciences Po :

Résumé : En traitant de problématiques proches de celles qui animent les chercheur.se.s du projet CaNoE, G. Rot raconte la rencontre entre une ville, un territoire et un tournage. Elle relate son enquête au salon des lieux de tournage à Los Angeles et la concurrence internationale des territoires (intérêts esthétiques, avantages fiscaux, etc.). L’enquête est alimentée d’observations et d’entretiens in situ, avec entre autres des propriétaires de lieux de tournage, mais aussi des membres chargés de l’équipe des accueils sur place, ou encore des repéreurs chargés de la prospection de ces lieux. Le choix des lieux ne tient pas au seul effet de dispositifs économiques incitatifs ni aux seuls choix artistiques des cinéastes, mais d’une évaluation collective et parfois controversée. Comme pour les événements, les lieux sont autant un espace de travail qu’un matériau de travail ; “fabriquer les images, c’est s’approprier l’espace en le transformant”.



Citer ce billet
Victor Potier (2020, 22 octobre). Parution : Planter le décor. Une sociologie des tournages – G. Rot. CaNoE. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6z0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.