Le projet ANR CaNoE

Face à la libéralisation du marché du travail et à l’accroissement de la mobilité durant les carrières, il est désormais nécessaire, pour accéder à certaines positions professionnelles, de se faire connaître et reconnaître. La notoriété devient un principe central de hiérarchisation. L’événementiel (festivals, foires et salons), en réunissant en un même lieu, pour une durée déterminée, un segment d’un monde professionnel, offre des occasions de rencontres à des acteurs qui disposent de peu d’occasions formelles de se voir. Il s’y construit des échanges marchands, mais aussi des réseaux, des réputations, des carrières et des collectifs. En se focalisant sur ces moments charnières de la vie professionnelle, le projet CaNoÉ propose de fournir des éléments inédits de compréhension des évolutions contemporaines des carrières et des professions, ainsi que du rôle qu’y joue la notoriété. Cet enjeu est d’autant plus important que l’événementiel représente en France un secteur stratégique en expansion. Ses retombées économiques avoisinent 8,5 milliards d’euros par an (Atout France, 2012) et la France est le 4e pays d’accueil de congrès internationaux.

Le projet s’articule autour de trois axes de recherche :
– Carrière et notoriété des individus : quelle est la place de l’événementiel dans les carrières professionnelles ?
– Carrière et notoriété des groupes professionnels : comment l’événementiel contribue-t-il à la constitution et à la structuration de groupes professionnels ?
– Carrière et notoriété des événements : comment la carrière et la notoriété des événements eux-mêmes s’articulent-t-elles avec leur rôle dans la structuration des carrières individuelles et des professions ?

Pour répondre à ces questions, l’enquête empirique se déploie dans trois types de secteurs où l’événementiel est susceptible de jouer des rôles structurants : les secteurs qui s’internationalisent (entrée par les festivals culinaires internationaux, les conférences économiques internationales, les salons de la bière et les colloques d’humanités numériques), ceux où la concurrence s’intensifie (entrée par les salons funéraires, les festivals de cinéma et le salon Maison & Objet) et les secteurs d’activité émergents (entrée par les festivals de séries TV, le Forum Blanc consacré au transmedia, les salons du mariage et les rencontres de Fablab).

L’enquête, menée par des chercheurs en sociologie, sciences de gestion et science politique, s’appuie sur des méthodes mixtes : qualitatives, quantitatives et documentaires. Une enquête ethnographique est menée à partir d’entretiens semi-directifs (avec les professionnels participants et les organisateurs d’événements) et d’observations lors des événements. Les carrières sont également étudiées avec des méthodes quantitatives (analyse séquentielle notamment) afin de mettre au jour la place qu’y joue l’événementiel. L’analyse de documents d’archives des événements vise à reconstituer la carrière des événements et créer une base de données des participants. Enfin, l’analyse de corpus médiatiques et numériques (Twitter) vient compléter la compréhension des usages des événements à des fins de construction de notoriété.