Séminaire CaNoE – Présentation de P. Steiner, une “sociologie économique de la fête”

Fêtes de Bayonne
crédits : Joxemai / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)

Lors de sa venue au séminaire de l’équipe du projet ANR CaNoE, Philippe Steiner (Sorbonne Université, GEMASS) a exposé ses réflexions sur une sociologie économique de la fête, en présentant son travail sur les Fêtes de Bayonne. Ce billet ne rend pas compte de façon exhaustive de l’ensemble de la présentation mais en propose une synthèse en développant quelques-unes des idées principales.

L’analyse de Philippe Steiner part du constat selon lequel la thèse d’Emile Durkheim et de Marcel Mauss sur la fête (qui insiste sur le clivage entre vie ordinaire, dominée par l’économie, et vie festive) est inopérant dans le monde contemporain en raison de l’imbrication du festif et de l’économique. Cette imbrication se constate au moins à deux niveaux : dans l’organisation de métiers « autour de la fête » (l’activité professionnelle de certains individus dépend – ou augmente lors – d’événements festifs) et, à l’opposé, dans la suspension des activités économiques lors de périodes de fêtes. 

Méthodologie et axes de réflexion

La présentation s’appuie sur un travail empirique consacré aux Fêtes de Bayonne qui mobilise une méthodologie mixte combinant observations, entretiens et questionnaires.  

L’analyse de la fête développée à partir de cette enquête articule deux questions-clés. La première est la question de la relation entre culture et économie. Cette question a été abordée sous plusieurs perspectives dans la littérature existante. La relation culture/économie a ainsi fait l’objet d’une vision (trop) négative dans les approches en termes d’industries culturelles (défendues par des auteurs comme Theodor Adorno, Max Horkheimer et Walter Benjamin) pour lesquelles l’économie conduit à un avilissement de la culture. Elle a, par ailleurs, été abordée à partir de l’étude du marché de l’art avec la distinction faite par Pierre Bourdieu (1998) entre marché restreint et marché élargi. Toutefois, la classification de l’espace social mise en avant dans cette perspective ne fonctionne pas dans le cadre de la fête. Le fort ancrage local de l’événement festif dépasse en effet, selon Philippe Steiner, les clivages classiques formulés en termes de capital économique ou symbolique. Enfin, la relation économie/culture a fait l’objet d’une analyse reposant sur l’idée d’ « enrichissement » proposée par Luc Boltanski et Arnaud Esquerre (2017). Dans cette perspective, c’est la culture qui vient fournir les éléments de la valeur. On notera ici une spécificité de la fête : s’il existe des pôles d’industries culturelles, comme la télévision, qui viennent aux consommateurs sans qu’ils aient à se déplacer, la fête nécessite un déplacement du consommateur s’il souhaite en profiter.

La second question-clé est celle de la relation entre rationalité et effervescence festive. La tension entre les deux est médiatisée par l’organisation de la fête qui repose notamment sur la mairie, le GAB (Groupement des Associations Bayonnaises), la Commission extra-municipale des Fêtes. Cette organisation produit ce que Philippe Steiner appelle l’ « affoulement », à savoir la construction sociale de la « foule ». Cet affoulement exige un programme culturel (programmation d’animations) et une série d’activités économiques (activités des bars, restaurants, peñas) qui nécessitent et engendrent une forme de rationalité de la fête. Mais il produit un fait social spécifique, l’ « ambiance », qui contribue à créer une effervescence festive.

Cadre théorique

Philippe Steiner constate que la fête est un domaine de la vie sociale laissé en déshérence par les recherches en sciences sociales. Peu d’auteur.e.s s’y sont intéressé.e.s en dehors d’Émile Durkheim ou Marcel Mauss et Henri Beuchat dans leur travail sur les Eskimos (1904-1905). Les études d’ethnologie économique, notamment les travaux de Bronislaw Malinowski sur le Potlatch, si elles s’intéressent aux cérémonies et aux fêtes, en soulignent un aspect singulier, absent lors des Fêtes de Bayonne. Il s’agit du caractère ostentatoire de la dépense lors des cérémonies, faisant du statut social l’enjeu principal de ces moments. Au contraire, lors des Fêtes de Bayonne, les différences de statuts sociaux sont effacées, notamment, par le port d’une tenue identique pour tou.te.s, blanche avec un foulard rouge.

Une exception notable parmi le manque de travaux récents consacrés à la fête est celle d’enquêtes portant sur les carnavals au Brésil. Ces enquêtes explorent le lien entre festivités et structures sociales (Maria Isaura Pereira de Queiroz, 1992) ou festivités et développement économique (Paolo Miguez). Toutefois ces travaux sont marqués par la dimension raciale, particulière au contexte Brésilien, qui n’est pas pertinente dans le cas des Fêtes de Bayonne.

Après ces éléments de cadrage théorique et méthodologique, la présentation de Philippe Steiner articule plusieurs axes de réflexion. Nous en présentons ici trois principaux : l’analyse de la création et de l’organisation des Fêtes de Bayonne ; le développement d’une sociologie économique de la « foule festive » ; la proposition d’une sociologie simmelienne de la fête.

Les Fêtes de Bayonne : création et organisation

Cette partie mobilise un travail sur archives (programmes, affiches, courriers, etc.) et montre comment la dimension économique est présente dans la fête depuis sa création.

Les Fêtes de Bayonne ont été créées en 1932. Dès l’initiation du projet, le lien entre fête et économie est revendiqué par son créateur et les intervenant.e.s. La création de la fête a en effet pour objectif de redynamiser l’économie et le commerce. On en trouve une illustration, par exemple, dans la présence d’une braderie lors de la fête, qui dure aujourd’hui deux jours.

Les modalités d’organisation de la fête contribuent à cette imbrication entre fête et économie. D’une part dans le financement, qui s’appuie sur plusieurs acteurs locaux (les commerçant.e.s et la municipalité, notamment). D’autre part dans la rencontre entre trois principes identifiés par Karl Polanyi : la redistribution (effectuée par la mairie et le financement par l’impôt), la réciprocité (incarnée par l’engagement de nombreuses associations dans l’organisation) et le marché (avec la participation active des restaurants et des bars). Le cas de la fête invite à repenser cette tripartition classique en analysant les tensions entre, et au sein de, ces trois dimensions. On note, par exemple, dans le principe de redistribution, une tension entre des modalités différentes de fiscalité.

Une sociologie économique de la « foule festive »

L’analyse des Fêtes de Bayonne permet de construire sociologiquement le phénomène de la fête, à partir d’une réflexion sur la notion de « foule festive ». L’analyse de l’évolution des Fêtes de Bayonne met ainsi en évidence les logiques de gestion d’une « foule festive » par les organisateurs.trices.

 A l’origine, les Fêtes de Bayonne se déroulent en soirée et se prolongent la nuit, parfois dans des lieux fermés. Toutefois, au milieu des années 1990, l’interdiction progressive de la circulation automobile a permis à la foule des participant.e.s d’occuper totalement l’espace de la rue dans la journée. L’enjeu des organisateurs.trices, dans cette décision, a été de faire basculer le temps de fête de nuit vers la fête de jour afin de limiter les débordements nocturnes. Cette évolution repose sur l’idée que la « foule festive » de nuit était devenue incontrôlable, avec des comportements marqués par des abus d’alcool ou de drogues chez les jeunes participant.e.s. L’ « effervescence festive », caractérisée par ces débordements, avait pris le dessus sur la rationalité ou sur la « civilité », au sens éliasien du terme, des comportements. La nuit incarnerait ainsi un moment de dérèglement des conduites.

Il est alors possible d’étudier l’organisation du festival à partir de la construction sociale de la foule (l’affoulement) qui y est faite. Deux modalités de production de l’affoulement se combinent : accueillir la foule (en en régulant la présence par la mise en place, par exemple, d’un pass-fête) et se protéger de la foule (ce que font les commerçant.e.s en protégeant, pour certain.e.s, leurs vitrines ou en fermant durant le temps de la fête).

Plusieurs logiques permettent de produire cet affoulement. Une logique de distribution de l’affoulement, d’une part, qui vise à répartir la foule festive. Sont ainsi créés plusieurs pôles d’animation au même moment dans la ville. La fête devient alors « déambulatoire » : la foule festive n’est plus une foule compacte d’individus rassemblés en seul lieu au même moment mais une foule fluide composée de petits groupes qui circulent entre les pôles d’animation et discutent entre eux. Ce constat d’une foule composée de sous-groupes s’oppose à l’image, classique dans la tradition sociologique depuis Gustave Le Bon ou Scipio Sighele, d’une foule faite d’individus isolés.

Une logique de consommation de l’affoulement, d’autre part. On constate en effet une multiplication de l’offre de nourriture et de boissons durant le temps de la fête, donc une augmentation de la consommation.

Pour une sociologie simmelienne de la fête

L’analyse de la fête débouche sur une tentative de sociologie simmelienne de la fête, au sens de sociologie des sens. Il s’agit de penser la fête à partir d’une analyse sociologique des sens et de la façon dont ils sont sollicités lors de la fête. L’œil est saisi par la vue des gens, tou.te.s habillé.e.s de blanc et rouge, prenant plaisir à faire foule ; l’oreille, support de l’ouïe, est marquée par le bruit continu émanant des rues ; le toucher se manifeste dans le contact physique des corps qui se heurtent lors des déambulations dans les rues ; l’odeur est elle aussi omniprésente ; finalement la bouche, organe du goût, est mobilisée dans la consommation massive de nourriture, de boissons, etc.

La conclusion invite à réfléchir, dans le prolongement de ces pistes d’analyse, à une sociologie de la joie qui permettrait d’analyser la fête, dans une perspective que ne serait réductible ni à la sociologie de la rationalité individuelle ni à la sociologie de la domination.  



Citer ce billet
Anne-Sophie Béliard (2020, 21 avril). Séminaire CaNoE – Présentation de P. Steiner, une “sociologie économique de la fête” CaNoE. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6yx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.