Champs d’application de la sociologie visuelle au projet CaNoE

Ce billet fait suite à une première publication sur la sociologie visuelle et les perspectives de recherche qu’elle offre. Dans ce deuxième billet, mon but sera de proposer plus spécifiquement des applications de la sociologie visuelle à l’ethnographie de l’événementiel. Dans un premier temps, je détaillerai ma méthodologie en commençant par exposer les différents plans utilisés pour réaliser mes photographies. Dans un deuxième temps, je parlerai de l’utilisation des portraits au cours de l’enquête de terrain. Dans un troisième temps, enfin, je présenterai plusieurs pistes d’analyses exploitées dans le projet CaNoE.


Les différents plans

Une façon de systématiser l’usage de l’image est de se référer, comme au cinéma, à la fonction de chacun des plans utilisés. Chaque type de cadrage montre certaines choses, d’une certaine manière, et en occulte d’autres. Une compréhension rapide des différents types de plans permet donc de gagner en maîtrise sur la méthode d’exploitation des images.

1. Les très gros plans : comme leur nom l’indique, ils permettent de mettre l’accent sur un tout petit ensemble d’éléments. Les deux premières photographies que je reproduis montrent par exemple la préparation et le matériel de travail d’un œnologue pendant une session de dégustation de vins italiens, lors d’un salon sur la gastronomie en Allemagne. On voit sa préparation (il se documente sur les vins qui vont être dégustés) et l’organisation rigoureuse de son plan de travail, notamment par l’organisation de ses notes dans son carnet, ce qui dénote de son professionnalisme. La deuxième photographie, prise pendant un salon sur les Arts Funéraires, me paraît particulièrement intéressante : on y voit conjointement du champagne, des jus de fruits, des petits biscuits et des devis et des contrats ; un ensemble d’éléments hétéroclites qui, à l’échelle d’une table, couvrent toute la réalité professionnelle d’un secteur au sein duquel affaires et professionnalisme sont très finement chevillés à la convivialité.

Source : Victor POTIER
Source : Victor POTIER

2. Les gros plans : avec un champ de vision plus élargi que pour les très gros plans, les gros plans permettent d’accentuer une personne, une partie d’environnement ou une activité tout en donnant à voir le contexte, mais en sacrifiant la finesse de certains détails. Ci-dessus, appliqué à notre œnologue en plein marché de vins italiens précieux, on en apprend moins sur l’organisation de son carnet de notes que sur son utilisation de magazines professionnels pour étoffer les seules informations que lui envoient ses sens et parvenir à déterminer la qualité de ce qu’il s’apprête à goûter. Il en paraît d’autant plus professionnel que ses collègues, rangé.e.s par tables de quatre dans la salle de dégustation, ne font encore que s’installer, ou consulter leur téléphone sans ouvrir le catalogue fourni par les organisateurs.trices de la session de dégustation.

Source : Victor POTIER

3. Les plans de demi-ensemble et plans en pieds : je range ces deux types de plans dans la même catégorie, car leur usage ethnographique est similaire (si ce n’est que les corps n’apparaissent pas nécessairement intégralement dans le second). Ils élargissent encore la contextualisation des individus et de leur activité. J’aime particulièrement les utiliser pour deux raisons : d’abord pour montrer les regroupements dans l’espace, et par conséquent la dimension agissante des organisations spatiales (petits espaces de rencontres informelles et chaleureuses, prévus pour laisser s’épanouir l’aspect convivial de la rencontre, ou attroupements autour de stands), ensuite pour pouvoir montrer les tenues et les apparences des personnes évoluant dans les différents milieux enquêtés (en l’occurrence, certains looks de chefs très “branché.e.s” et atypiques peuvent témoigner d’une volonté de rupture avec un ordre établi traditionnel représenté par la veste blanche et la toque).

Source : Victor Potier

4. Les plans d’ensemble : les plans d’ensemble donnent une bonne idée des contextes dans lesquels se déroule l’action, et permettent d’embrasser de larges environnements. Ces photographies donnent des informations différentes selon que ces vastes espaces apparaissent vides ou remplis. Les plans d’ensemble peuvent aussi donner des informations sur l’organisation des lieux par catégories ou groupes. Dans l’exemple ci-dessous, on peut observer le gigantisme des espaces réservés aux démonstrations culinaires durant un festival de gastronomie. C’est un indice de la prétention du festival à compter parmi les événements internationaux majeurs du monde de la gastronomie. C’est un élément d’autant plus intéressant que la programmation est, quant à elle, clairement orientée vers la défense d’un patrimoine gastronomique régional et local. On peut voir en haut au fond des gradins un groupe d’étudiant.e.s en école de cuisine qui se distinguent par une tenue particulière et une occupation plus serrée de l’espace. Pour les écoles de cuisines, ces salons présentent des enjeux importants, communicationnels et économiques. Leurs élèves, quant à eux, sont mus par des stratégies de construction de leur réseau et de leur carrière professionnelle. Enfin, on remarque que, tendanciellement, le bas de la salle est plus occupé que le haut. Cette partie correspond à une zone payante, accessible par l’achat de places à plusieurs centaines d’euros et qui inclut la dégustation des préparations réalisées sur scène. Non pas que les personnes qui y sont assises soient plus fortunées (une jeune femme blonde au premier plan par exemple est une petite restauratrice indépendante), mais cette dépense représente parfois un investissement très important à l’échelle des visiteurs, qu’une présence assidue aux conférences permet alors de rentabiliser. D’autres personnes sont présentes par obligation professionnelle, comme les journalistes repérables dans l’obscurité de l’amphithéâtre à la lueur de leurs ordinateurs portables.

Source : Victor POTIER

 


 

Les portraits

Les portraits ont deux utilités. La première est de servir de mémo à l’enquêtrice.teur pour se rappeler plus efficacement des personnes interviewées ou observées. Les photographiques permettent de se souvenir des visages, de se remémorer les intonations, les anecdotes ou le contexte de l’entretien. Le portrait, peut-être plus qu’une autre image, peut donc jouer le rôle d’un activateur de mémoire, au-delà de la seule transcription de la parole, pour rendre compte de la dimension ethnographique de l’entretien comme le préconise Stéphane Beaud dans son Plaidoyer pour l’entretien ethnographique (1966). C’est une ficelle du métier qui peut également servir à illustrer, par des encarts méthodologiques dans la production scientifique finale, des portraits d’interviewé.e.s.

Trois jeunes chefs lors d’un salon de gastronomie en Espagne. Source : Victor POTIER

De là découle la deuxième utilité : appuyer la construction de typologies en choisissant des portraits se rapprochant d’idéaux-types. Ci-dessous, les trois premières photographies montrent trois types d’usagers des salons de gastronomie, la quatrième montre une conférencière au salon funéraire de Paris.

Source : Victor POTIER

(1) De jeunes chefs rient pendant une pause de midi, devant l’entrée d’un salon. Ils sont encore en école de cuisine ou au début de leur carrière. Ces jeunes chef.fe.s viennent jouer le rôle de petites mains pour le salon, mais ils profitent également de l’occasion pour retrouver des amis ou s’en faire de nouveaux.

(2) Des hommes d’affaires visitant les stands de fournisseurs et de grossistes, ici à côté d’un producteur de saumon. Ils sont cadres, commerciaux ou investisseurs dans des établissements de restauration, situés au cœur des circuits de financements des restaurants, des circuits de production et d’acheminement des marchandises, ou des services B2B proposés aux acteurs de la restauration. Derrière l’homme photographié, d’autres se retrouvent dans de grandes accolades devant un stand de producteur de caviar.

(3) Beaucoup de chef.fe.s fréquentent ces salons non pas comme visiteurs, mais comme démonstrateurs.trices ; ils sont présent.e.s aux stands d’équipementiers pour faire la démonstration de produits, aux stands de délégations régionales pour cuisiner tel ou tel produit local, ou aux stands de grossistes de denrées alimentaires pour faire des démonstrations d’utilisation de produits. Au long de la journée ou spécifiquement à l’heure des repas, selon les stands, ces chef.fe.s présentent des plateaux de nourriture mettant en avant telle technique ou tel produit, ce qui a pour effet de faire soudainement converger une foule compacte vers leur stand.

(4) Dans un autre contexte, le salon parisien du funéraire a tenu pendant les trois jours de l’événement un programme chargé de conférences, montrant l’appétence des acteurs du secteur pour les études chiffrées des évolutions sociales concernant la mort et le funéraire, les travaux des journalistes ou, dans une moindre mesure, la présentation d’innovations de procédés et de produits.


 

Montrer peut servir à mieux démontrer : l’exemple de la notion de “monde figuré”

La photographie de situations anecdotiques, ou de situations sociales particulièrement contrastées, peut permettre de traduire le caractère concret et multidimensionnel des expériences vécues. Par extension, l’image peut donc rendre compte de la manifestation, dans les pratiques, les représentations ou les contextes de l’action, d’éléments analytiques et conceptuels. Prenons un exemple concret avec des photographies que j’ai réalisées au cours d’observations dans différents salons gastronomiques en France, en Allemagne, en Irlande et en Espagne, entre septembre 2019 et février 2020.

Le premier exemple est celui de la mise en visibilité de la notion de “figured world” que L. Skov & J. Meier (2011) proposent dans le champ d’études des field configuring events , un champ produisant une analyse des événements comme des lieux de régulation d’un secteur d’activité.

Dans un chapitre d’ouvrage intitulé “Configuring sustainability at fashion week” (in Strangaard Pedersen, Moeran, 2011), les autrices rappellent que même si un événement participe à configurer un secteur économique, cette configuration ne survient que dans un contexte qui est déjà “figuré” par les acteurs. Mais cette expression de “monde figuré” est fortement polysémique, puisqu’elle signifie à la fois un monde déjà structuré et compris par les acteurs , et un monde imaginaire, un idéal vers lequel tendre. Dans les deux acceptions du terme, cela signifie que l’événementiel professionnel n’a pas qu’une fonction marchande. Il produit des occasions pour les professionnels d’un même secteur de construire un récit collectif, voire politique, qui compense l’incertitude ; de créer des manières d’interagir, des normes, des valeurs communes ; de favoriser la réflexivité sur les pratiques économiques internes au secteur ; et de fluidifier les parcours professionnels des acteurs à l’intérieur du champ.

Comment rendre compte de cela par la photographie ? Lors d’observations pendant des salons sur la gastronomie, j’ai pu constater l’importance que les acteurs de ce secteur donnent à l’écologie et aux pratiques du développement durable. Les programmes, les stands, les identités visuelles des événements, les discours des intervenant.e.s sur scène et les produits présentés traduisent, à de très nombreuses reprises, l’importance de la notion de “durabilité” (sustainability) dans une définition collective de ce que les conférencier.e.s (chef.fe.s, journalistes, personnalités politiques) appellent le “rôle social des chefs”.

 

Stand d’un producteur d’escargots dans un salon gastronomique (Galway, Irlande). Source : Victor POTIER

Les photographies reproduites ci-dessous, réalisées pendant ces observations, montrent ainsi différents cas de mise en scène de la nature et de la notion de “durabilité” écologique dans les salons internationaux de haute gastronomie. En haut à gauche, on voit par exemple un visiteur de salon poser fièrement devant un stand affichant sa proximité à la nature et sa conviction écologique, mais sur lequel herbe et vaches sont reconstituées en plastique. Des exposants recréent des murs végétaux de légumes frais (qui seront potentiellement jetés après le salon) ou de plantes en plastique, décorent d’arbres et de plantes vertes les stands, les organisateur.trice.s du salon et les chef.fe.s invité.e.s sur scène créent des visuels mettant en scène la nature et ses produits, etc.

 

Source : Victor POTIER

Ces photographies, où domine la couleur verte, sont autant d’exemples du contraste, voire du paradoxe, entre la représentation idéalisée ou désirée du monde que véhiculent les salons professionnels (figured world) et les conditions concrètes de leur déroulement ou de l’activité professionnels de leurs participants (activité très énergivore, productrice d’énormément de déchets, etc.).

 

Quelques autres pistes d’analyse à l’étude

À l’heure où j’écris ces lignes, je recense environ 2030 clichés pris lors de festivals ou événements professionnels. Plusieurs pistes de recherche sont à l’étude pour utiliser ces images dans le cadre d’une ethnographie des salons. Pour terminer ce billet, j’expose ici cinq de ces pistes de recherche : l’étude de la matérialité des salons par la multiplication des artefacts de papier ; l’observation de l’architecture par l’analyse des frontières et des bordures de salon ; la compréhension des phénomènes de distinction et de hiérarchie par la typologie des stands ; la distinction entre salon grand public et professionnel par la typologie des entrées ; et l‘étude des fonctions du numériques durant ces événements. Ces dernières pistes ne seront pas systématiquement accompagnées de photographies, car plusieurs d’entre elles font encore l’objet de traitements.

 
Source : Victor POTIER

Premièrement , la photographie bénéficie premièrement à l’étude de la matérialité des salons. Même si le numérique est présent partout dans les salons, ces événements reposent sur une multiplication d’artefacts de papiers : notices accrochées au mur, pancartes, cartes professionnelles, listes d’émargements, plans des salons, catalogues et documentations promotionnelles, jeux-concours, badges d’identification, etc. Cette approche de l’image s’inscrit notamment dans la lignée du projet “Scriptopolis“, pour rendre sociologiquement significatifs, par l’image, les indénombrables écrits et signes qui peuplent nos environnements et supportent nos organisations collectives.

Deuxièmement, la photographie peut servir à analyser les frontières et les bordures des salons. En effet, l’effet de contraste produit par la superposition des clichés rend visibles les différences de stands et d’exposants qui existent entre le centre et les périphéries du salon. Au cœur se trouvent de grands stands occupés par les acteurs centraux du secteur. En périphérie se trouvent les outsiders.

Parfois, la périphérie du salon semble même représenter les interfaces du secteur lui-même. Par exemple, lors d’un salon professionnel sur les arts funéraires, on trouve parmi les premiers stands, à l’entrée, des urnes recyclables et écologiques ou des équipements numériques pour outiller les monuments funéraires. Cette offre correspond bien plus à des discours médiatiques sur les mutations du secteur qu’aux évolutions concrètes que le secteur connaît et, dans une certaine mesure, on peut se demander si cet agencement ne traduit pas simplement une stratégie d’affichage médiatique du salon. Au fond du salon, on retrouve un autre type d’outsiders, moins en termes d’offre que de provenance géographique : on y trouve des cercueils en bois ukrainiens, des limousines italiennes de luxe ou encore des bijoux belges enfermant les cendres de proches défunts. Ces nouveaux arrivants inquiètent les acteurs français, mais leur présence sur le salon événement coûteux et très sélectif témoigne de leur nouvelle importance sur le marché et donc de l’intensification de la concurrence dans le secteur français du funéraire.

Troisièmement, une approche similaire de l’agencement du salon peut être opérée pour produire une typologie des stands. Sur la base de mes clichés, j’identifie ainsi trois types de stands. Les premier, petits, excentrés et parfois mal éclairés témoignent de la présence de jeunes acteurs qui débutent dans le secteur, du moins dans la fréquentation des salons. Les stands intermédiaires sont ceux d’acteurs présents de longue date dans le salon. Ils ne sont pas forcément leaders de leur segment, mais leur taille et leur ancienneté leur donnent les moyens de reconstituer des espaces conséquents pour accueillir leurs visiteurs ou exposer une large gamme de leurs produits. Les plus gros stands, construits par des entreprises spécialisées, ne présentent presque aucun produit. Ces entreprises sont là pour faire acte de présence, pour faire converger les clients avant de les inviter à boire à verre et à passer un moment convivial. La taille de ces stands, leur conception en forme de salons et le faible nombre de produits présentés produisent quasiment une dénégation de la raison commerciale de la présence de l’entreprise sur le salon. Ces stands sont donc purement ostentatoires : ils démontrent la puissance et la centralité de l’entreprise dans le secteur.

Sur cette approche très ethnographique des salons, je recommande chaudement la lecture de l’article de Marie-France GARCIA-PARPET (2005) sur la construction des stands au sein du salon des Vins de Loire – un coup de cœur personnel dont je reproduis plusieurs clichés ci-dessous. Il est éclairant sur l’articulation entre convivialité et professionnalisme, les enjeux économiques du secteur viticole dans la Loire à ce moment-là, et les stratégies d’internationalisation des producteurs régionaux (reproduction de châteaux en panneaux de bois, mais écriture du nom de domaine en japonais par exemple). Taillé du même bois, je recommande également l’article de Ronan Le Velly paru deux ans plus tard et dans la même revue, “Les démonstrateurs de foires. Des professionnels de l’interaction symbolique” (2007).

 

Source : GARCIA-PARPET, Marie-France, 2005. Le Salon des vins de Loire : convivialité et vocation internationale. Ethnologie française. Vol. Vol. 35, n° 1, pp. 63‑72. Disponible en ligne. photographies de l’auteur

Quatrièmement, la réalisation d’une typologie des entrées de salon est une activité qui peut paraître anecdotique, mais qui révèle en réalité une très grande différence dans l‘agencement de l’entrée d’un événement selon que ce dernier soit destiné à des professionnels ou à du grand public. Les entrées de salons professionnels sont souvent épurées, austères même, caractérisées par une simple banderole de taille variable annonçant le logo et le nom de l’événement. Dans le cadre de salons grand public, la séduction du visiteur commence déjà devant la porte principale, à grand renfort de drapeaux de sponsors, de jeux-concours, de musique et d’exposition des premiers stands.  Dans le cadre d’un salon du mariage en Occitanie, par exemple, on trouve un petit train touristique, une association exposant de vieilles Deux Chevaux, des calèches ou des voitures de collections dans la sélection panachée d’un ensemble de moyens de locomotion originaux pour qui souhaite convoler en justes noces. Sur le parking des visiteurs, un groupe de musique qui n’a pas eu accès au salon comme exposant profite quand même de l’occasion pour distribuer des prospectus et se présenter.

Finalement, j’utilise la photographie pour étudier la place et les fonctions des dispositifs numériques lors des événements. Le numérique est présent de nombreuses façons sur les salons, par l’entremise d’applications dédiées sur smartphones, de dispositifs d’achalandages, de systèmes de gestion des flux de visiteurs ou simplement par la présence constante du smartphone dans les mains des acteurs présents. Dans ce mode de rencontre et d’interaction en présentiel que constitue le salon ou le festival, les dispositifs numériques structurent l’événementiel. J’en identifie au moins deux usages sur la base de mon corpus photographie : (1) la gestion et l’organisation des flux de visiteurs, et (2) l’achalandage sur le principe du curiositif (voir les travaux de Franck Cochoy sur le sujet, 2011), qui amène à trouver des casques de réalité virtuelle sur le stand d’un producteur allemand de thons rouges, ou un simulateur de Formule 1, véhicule reproduit à l’échelle 1, au milieu du stand d’un producteur de plaques funéraires.

 

Source : Victor POTIER

 

Voilà qui en termine pour ces deux publications de blog dédiées à la sociologie visuelle, ses principes théoriques, ses méthodes et ses applications pratiques. En conclusion, je me permettrai de mentionner brièvement mon positionnement par rapport à l’anonymat des personnes représentées. C’est une question d’éthique professionnelle au cœur de l’activité de recherche, et une problématique amplifiée par la captation d’image pouvant rendre les personnes enquêtées plus identifiables. Je rends systématiquement anonymes mes photographies si le sujet est mineur, si je n’ai pas obtenu d’autorisation de droit à l’image et si moins de cent personnes sont visibles sur le cliché. Cette pratique me permet d’articuler des pratiques propres à mon éthique professionnelle et au règlement général sur la production des données (RGPD). Tous les chercheurs, toutefois, ne choisissent pas de s’imposer ces règles qui, dès lors qu’elles excèdent le cadre législatif, dépendent davantage d’un positionnement réflexif que de lois immuables.



Citer ce billet
Victor Potier (2020, 14 avril). Champs d’application de la sociologie visuelle au projet CaNoE. CaNoE. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6yw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.