Champs et hors champs : perspectives et applications de la sociologie visuelle

Ces photographies sont-elles des données de recherche ? Ou bien, constituent-elles autant de petits mémos qui servent à se rappeler l’épaisseur sociale et la chaleur humaine des situations, une fois l’observateur.trice retourné.e au confort de son bureau ? Et si ces photographies constituent des données de recherche, comment les exploiter pour différencier l’apport de la preuve de l’illustration ? Dans ce petit billet de blog, je proposerai quelques pistes de réflexion plus que je n’apporterai de réponses, mais que jillustrerai par des exemples de terrain.

Ce billet constitue la première partie d’une double publication, dont la deuxième partie se trouve ici. Ce premier billet me permettra de “cadrer le champ” de la sociologie visuelle, en revenant sur les conditions épistémologiques de l’usage de l’image, sur les méthodes et sur plusieurs contributions théoriques fondamentales. Le second billet sera l’occasion de proposer des mises en application de ces méthodes dans le cadre de l’ethnographie des salons menée au sein du projet CaNoE.


 

La portée sociologique de l’image

Commençons par une lapalissade : cadrer un champ, c’est créer un hors champ. Produire une image, c’est-à-dire faire une photo ou définir le plan d’une séquence vidéo, revient nécessairement à opérer un choix, qu’il soit conscient ou non, quant à ce qui figurera et ne figurera pas dans l’image. C’est tailler dans la réalité, pour choisir d’en isoler ou d’en grossir une partie. Rapportée à des considérations plus méthodologiques, cette évidence soulève plusieurs questionnements. Que veut-on montrer ? Et surtout, comment rendre compte de la réflexion qui a présidé à l’utilisation ou à la production de l’image ?

 

https://twitter.com/mbaudier/status/407121123738804224?s=20
Un journaliste compare, entre sa télévision et sa fenêtre, le champ et le contrechamp d’une même image pour en montrer la dimension “construite”.

 

Un article des Observateurs (cliquer sur l’image), la section “fact checking” de la chaîne d’information France 24, qui remonte le circuit de diffusion d’une image et élargit son champ pour parer la diffusion en ligne de fausses interprétations et de manipulation.

 

L’usage de l’image doit donc se faire en conscience de sa capacité socialement agissante, a fortiori dans le cadre d’une démonstration académique. Fondamentalement, pourtant, le statut épistémologique de l’image n’est pas très différent de celui de n’importe quelle autre donnée, et son usage n’invite pas à la mise en place de stratégies particulières pour se prémunir de biais d’analyse. Afin de ne pas forcer ou travestir les apparences, je me force autant que possible à accompagner les images d’une description factuelle et fournie de leur contexte de captation. Pour le dire autrement, je m’efforce de décrire les hors champ pour mieux justifier le cadrage.

 

 


 

L’appareil photo, fidèle compagnon de l’observation

L’image permet de documenter, d’archiver, de rendre compte des ambiances, des agencements spécifiques entre les humains et les objets, des signes et des écritures, des façons d’arranger ou de déplacer les espaces et ce qui les compose. Pour cette raison, j’ai toujours associé l’usage de la photographie aux applications de la théorie de l’acteur-réseau (ANT): voir les objets dans l’action, les techniques et la matérialité des contextes sociaux. Cette association est peut-être aussi due à ma lecture simultanée du reportage photo-scientifique que réalise Bruno Latour à Boa Vista, pour documenter au plus près le déplacement de données, d’échantillons et d’énoncés de la forêt profonde aux classifications laborantines. Plus globalement, la photographie se prête facilement à une analyse interactionniste du social, jusque dans l’application du principe de symétrie entre humains et non-humains, propre à l’ANT, pour caractériser les situations sociales.

 

L’image met en exergue les logiques d’actions telles qu’elles se présentent dans des espaces locaux, à petite échelle. Comme matériau d’analyse, elle permet aussi de rendre visibles des logiques d’action réparties dans le temps et dans l’espace entre plusieurs acteurs.

Cette dimension est fondamentale : la photographie, la vidéo et la sociologie visuelle, en règle générale, permettent de montrer que des organisations qui paraissent globales sont locales et incarnées en tout point. Mais pour comprendre la pertinence épistémologique de l’usage de l’image en sociologie, je pense qu’il faut d’abord revenir sur l’épistémologie des sciences sociales elles-mêmes.

Pour J.-C. Passeron, dans Le Raisonnement Sociologique, les sciences sociales sont des sciences qui produisent des effets d’intelligibilité dans un espace “non-poppérien” de l’argumentation. Plus clairement, cela veut dire que la mise à l’épreuve d’une donnée empirique ou d’une proposition, en sciences sociales, ne peut se faire sous la forme logique de la réfutation (“vrai” jusqu’à démonstration de “faux”). Un énoncé n’est donc pas faux car il débouche sur une variation de situations différentes en contextes différents, mais il est faux s’il ne s’inscrit pas dans un ensemble d’énoncés corrects qui ne se disqualifient pas les uns par rapport aux autres (un paradigme).

En ce sens, les sciences sociales sont donc des sciences qui visent à construire la compatibilité entre des énoncés fondés sur des observations répétées et effectuées dans des situations variées. Elles ne sont pas des sciences visant à construire la compatibilité des énoncés à des expressions de la réalité, comme l’expérimentation cherche à le produire dans les sciences de la nature. Dans la mesure où l’image produit spécifiquement des observations répétées en montrant la pluralité des situations sociales photographiées ou filmées, elle participe à l’évaluation de la compatibilité d’énoncés entre eux. Dans cette perspective la diversité avec laquelle se manifestent telle pratique ou telle représentation sociale à l’image ne constitue pas un frein à la démonstration.

 


 

Ces considérations épistémologiques m’amènent donc à dégager deux dimensions de l’usage de l’image :

  1. L’image peut rendre visible et exemplifier des énoncés sociologiques à propos d’organisations sociales, techniques, politiques, économiques, etc. C’est par exemple ce que font C. Datchary et C. Licoppe (2007) en observant les phénomènes de multi-activité au travail.
  2. La démonstration de la validité d’un énoncé par rapport à d’autres énoncés peut se faire par la superposition d’images montrant, dans des contextes différents, les similarités existantes entre plusieurs situations. J’en propose un exemple plus bas, à propos de la représentation de la nature et de la notion de “durabilité” lors des salons gastronomiques.

 

C. Datchary et C. Licoppe mobilisent la photographie de bureaux de travail pour montrer la multitude des objets qui servent de supports d’attention et de cognition, mais aussi d’artefacts que le/la travailleur.se peut “éveiller” pour gérer un ensemble d’activités multiples et concomitantes. M. Akrich (2010), quant à elle, s’attache à montrer, par l’image, les contextes techniques et sociaux locaux qui préexistent à l’installation de réseaux électriques ou de panneaux photovoltaïques en Côte d’Ivoire. Au long de l’article, M. Akrich décrit les médiations sociales dans lesquelles chaque objet technique vient s’insérer, ainsi que les plans et les petits bricolages permettant à l’outil et aux conditions de son usage de s’adapter l’un à l’autre. Photographies et textes se conjuguent dans une écriture qui raconte à quel point la technique et le social se conditionnent mutuellement.

 

Appliquée à l’analyse des usages de jeux vidéo d’apprentissage, l’anthropologie visuelle m’a permis de faire la monographie des dispositifs en usage dans les salles de classe. Dans le cadre de ma thèse de sociologie, j’ai travaillé sur un jeu, en particulier, qui consistait à faire apprendre le génie mécanique. Dans ce contexte, l’image m’a servi à poser plusieurs questions : qui utilise ces jeux et de quelle manière ? À quel moment de la journée ? Dans quelle ambiance ? Quelles sont les fonctions de l’outil, les modes d’interactions qui se créent autour de lui, les conflits et leurs modes de résolution ?

À ce titre, la première utilité de la photographie a été pour moi d’économiser de longues descriptions sur la capacité du jeu vidéo d’apprentissage à s’intégrer dans un environnement déjà très numérisé, fait de machines-outils à commandes numériques, d’ordinateurs et de logiciels de simulation.

 

Surtout, l’intérêt des photographies et des vidéos que j’ai réalisées en cours pendant les sessions d’utilisation du jeu a été de pouvoir observer et qualifier l’engagement et le désengagement des élèves dans leur activité de travail par l’observation de phénomènes de pauses. En effet, la codification des gestes et des postures, associée à un minutage de l’apparition de ces dernières, rend visibles leur répétitivité et leurs significations dans l’ordre social déjà bien huilé de la classe. En génie mécanique, on s’entraide, on discute, on circule dans l’espace de travail. Là où l’observation à l’œil nu semblait identifier des sorties du jeu vidéo, et éventuellement le signe de son inadaptation à des jeunes en quête d’un enseignement plus captivant, l’usage de la photographie révèle une façon d’intégrer ce nouveau dispositif pédagogique dans la socialisation professionnelle de futurs jeunes travailleurs.

 

Source : Victor POTIER

Enfin, même si je donne énormément d’exemples d’usages de la photographie de recherche, un pan entier de la sociologie visuelle consiste en l’utilisation ou la production de données vidéographiques. Dans le cadre de documentaires de recherche, notamment, l’originalité de la démarche méthodologique est d’intégrer une réflexion sur le montage, donc sur l’écriture filmique, comme écriture scientifique (structuration de l’argumentation, recherche d’effets de contraste, superposition de situations, exploitation de silences ou de sons, etc.). Cette partie passionnante de la sociologie visuelle, attenante à la mobilisation spécifique d’images animées, pourrait faire l’objet d’un billet de blog à elle seule.

J’aimerais quand même relater un exemple d’effet de contraste saisissant, utilisé par Laura Auriole et Annalisa Lendaro, anthropologues et sociologues réalisatrices du film de recherche Benvenuti sur Lampedusa (2016).

Dans les premières minutes du film, les autrices explorent le paradoxe de l’Île de Lampedusa. D’un côté, elle est une station balnéaire prisée, peuplée de complexes hôteliers et bruissante des amusements de touristes égayés par la musique électro diffusée autour des piscines. D’un autre côté, elle est un port où viennent s’échouer misère, détresse et corps sans vie de personnes migrantes. Sans narration verbale, la violence de ce contraste est signifiée par un plan de piscine d’hôtel où résonne la musique et s’amusent les touristes. Le plan change et l’image montre un bateau, sur le bout d’un quai, débarquant un groupe de migrants affaiblis et de longs sacs blancs. Par le montage, les autrices décident de conserver le son de l’image précédente. On regarde alors le déchargement grave s’opérer au son festif de la musique techno. Sans aucune narration verbale, cette superposition sonore fait prendre conscience en l’espace de quelques secondes d’une réalité complexe : Lampedusa est le point où convergent des trajectoires antinomiques, touristiques et badines d’une part, migratoires et périlleuses d’autre part. Cet enchaînement de plans permet ensuite de mieux saisir les tensions à l’œuvre dans l’organisation spatiale de l’île.

 


 

Quelques classiques de la sociologie visuelle

Le but de cette sous-partie n’est pas de fournir une bibliographie exhaustive des travaux sociologiques utilisant l’image. Il s’agit plutôt de commenter quelques références qui me semblent pertinentes pour catégoriser les travaux de chercheurs produisant leurs images comme des données de recherche, les travaux utilisant des images déjà existantes en leur qualité d’archives, et des travaux alliant les deux procédés.

 

Des images produites par l’enquêteur.trice

Dans la première catégorie, commençons par citer quelques travaux, parmi lesquels ceux de Gregory Bateson (et de Margaret Mead, dans le contrechamp ! [1977]), et de Loïc Wacquant (1989).

 

BATESON, Gregory, 1977. Les usages sociaux du corps à Bali. Actes de la recherche en sciences sociales [en ligne ]. Vol. 14, n 1, pp. 3-33.

G. Bateson (1977) produit ici un texte d’une richesse remarquable qui utilise la photographie pour mettre en évidence la répétitivité des postures et la traduction de construits socioculturels par les gestes chez les Balinais et Balinaises (apprentissage, jeux d’enfants, alimentation, rapports des parents aux enfants selon le genre, rapports au corps et socialisation genrée, etc.).

 

WACQUANT, Loïc, 1989. Corps et âme . Actes de la Recherche en Sciences Sociales. Vol. 80, n 1, pp. 33-67.

L. Wacquant (1989) produit un article sur l’apprentissage de la boxe comme domestication de la violence et apprivoisement de la misère dans un ghetto urbain américain. Le texte foisonne d’encarts, de précisions et d’anecdotes. La finesse de l’enquête ethnographique permet l’analyse en profondeur de ce monde social et des acteurs qui l’habitent, de leur rapport au corps, à la discipline, aux probabilités d’ascension sociale et même à la douleur.

 

Des images comme des archives

Au début de ce billet, je mentionnais surtout les images comme des données produites par le chercheur (comme chez G. Bateson et L. Wacquant) ; des “obtenues”, souligne même B. Latour dans le Topofil (1993). Mais la seconde catégorie de travaux montre qu’il est également possible d’utiliser en des images existantes, produites dans d’autres contextes, et donc de les mobiliser en leur qualité d’archive et comme autant de traces de l’activité sociale, comme le font H. Becker (1979), E. Goffman (1974), ou encore P. Bourdieu (1965).

 

GOFFMAN, Erving, 1979. Gender advertisements. London : Macmillan. Coll. Communications and culture. ISBN 978-0-333-23953-7.

E. Goffman (1979) : Cet ouvrage est le fruit d’un travail d’archive pour rendre visible les constructions hétéronormatives du genre dans plus de cinq cents publicités occidentales, et spécifiquement la construction d’une féminité douce, vulnérable, fragile, impuissante, rêveuse, enfantine et toujours représentée dans des “rituels de soumission”.

 

H. Becker (1974) : Il s’agit de l’un des textes fondateurs de la sociologie visuelle, dans lequel H. Becker remarque que la sociologie et la photographie ont vu le jour au même moment et se demande pourquoi les ambitions sociologiques et artistiques ont emprunté des chemins différents. Il en appelle à mieux théoriser l’usage de la photographie dans les sciences sociales, à interroger l’ensemble des éléments représentés dans ce qu’ils ont de socialement signifiant et à mieux déconstruire les conditions de production de chaque image. Il invite à ne pas considérer les images comme “vérité” et à mettre au jour les jugements et prénotions qui ont participé de leur production. L’article est disponible en ligne. Douglas Harper en parle avec précision dans un article de synthèse éclairant intitulé The image in sociology : histories and issues.

 

BOURDIEU, Pierre, CASTEL, Robert, BOLTANSKI, Luc et CHAMBOREDON, Jean Claude, 1965. Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie. Paris, Minuit.

Dans cette dernière référence, P. Bourdieu analyse la photographie telle que s’en servent les individus et, de cette façon, en tant que pratique significative d’appartenances sociales. Dans la revue Réseaux, M. Boutet (2009) propose un prolongement stimulant de l’ouvrage de Bourdieu, notamment pour aider à mieux comprendre où ce dernier se situe dans la genèse de l’analyse sociologique des usages, et pour proposer un autre axe d’analyse de l’usage social de la photographie par l’album photo des familles étudiées par Bourdieu.

 

L’approche mixte pour mieux comparer les pratiques dans le temps et dans l’espace

Pour une méthodologie mixte reposant à la fois sur un travail d’archives à partir de photographies anciennes et sur des prises de vue contemporaines, voir les travaux de F. Cochoy, R Canu et C. Calvignac sur les évolutions des habitudes piétonnes dans Toulouse (2014).

 

COCHOY, Franck, CANU, Roland et CALVIGNAC, Cédric, 2014. Load Story : la logistique piétonne à Toulouse. Mondes sociaux, Magazine des sciences humaines et sociales toulousaines. [En ligne] http://sms.hypotheses.org/3100

De la même façon, les travaux de D. Normark, F. Cochoy et J. Hagberg (2019) ont consisté à filmer en même temps des stations de vélos en libre service en France et en Suède pour en comparer les usages. Si l’article présente un cas intéressant de comparaison de pratiques sociales dans l’espace, il est surtout prétexte à déployer une réflexion sur l’enjeu méthodologique d’une analyse visuelle symétrique.


 

L’intérêt de ces travaux et de leur diversité est donc de montrer la multiplicité des usages possibles de l’image en sociologie. Par extension, il serait erroné de cantonner l’exploitation de l’image à de seules approches par méthodes qualitatives. L’analyse visuelle peut faire l’objet d’un traitement quantitatif de deux manières :

    • La codification des images et des séquences vidéo peut permettre un comptage des objets, des postures ou des séquences d’action observées. C’est ce que j’avais fait par exemple pour les postures, ou pour les pauses, dans le cadre de mes observations de séances de jeu vidéo en classe.
    • L’autre possibilité consiste à recourir au travail d’archive, comme le font H. Becker ou E. Goffman dans les ouvrages cités plus haut. Appliqué au projet CaNoE, l’exploitation de magazines, des documents distribués durant les festivals et de données numériques est actuellement à l’œuvre dans les protocoles expérimentaux de plusieurs terrains.

 


 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Victor Potier (2020, 3 mars). Champs et hors champs : perspectives et applications de la sociologie visuelle. CaNoE. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m6yv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.